Actualités

Mobilisation - Prévenir et lutter contre les violences faites aux enfants

 
 
Mobilisation - Prévenir et lutter contre les violences faites aux enfants

Les violences faites aux enfants sont encore trop souvent reléguées au rang de « faits divers » ou dissimulées au sein des foyers. Malgré les mises en lumière médiatiques fréquentes, la conscience de la réalité des violences et la capacité à les prendre en compte, ne semblent pas progresser dans l’opinion publique.

Mobiliser la société dans son ensemble, les familles et les professionnel.le.s pour mieux lutter contre les violences faites aux enfants est une étape indispensable dans le combat que la France mène contre les violences. En signant la Convention des droits de l’enfant, la France s’est engagée à « assurer à l’enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être ». Le plan interministériel de lutte contre les violences faites aux enfants 2017-2019 vient ainsi compléter les dispositions législatives et réglementaires existantes en matière de lutte contre les violences faites aux enfants. C’est en changeant le regard que la société porte sur ces violences qu’elles reculeront. Ce plan propose des actions visant à sensibiliser, responsabiliser et mobiliser chaque citoyen en matière de prévention et de repérage des violences.

La famille est le premier lieu de socialisation et de protection des enfants. Pour autant, la famille est aussi le premier lieu dans lequel s’exercent les violences. Ce plan se concentre donc sur les violences intrafamiliales de toutes natures (physiques, psychologiques, sexuelles et les négligences). Bien que des drames nous rappellent régulièrement que la famille n’est pas toujours un havre de protection pour les enfants, les violences intrafamiliales demeurent taboues. Ces violences sont tues sous prétexte, trop souvent encore, que les événements qui adviennent au sein de la cellule familiale relèvent de la liberté éducative ou de l’intimité à laquelle chacun a droit. La persistance des violences s’explique notamment du fait de leur invisibilité.

Ce déni collectif face aux violences faites aux enfants est renforcé par l’absence de données statistiques. Aujourd’hui, il est impossible de déterminer précisément le nombre d’enfants tués à la suite de violences intrafamiliales ou de parents condamnés pour ces crimes. En outre, tous les experts s’accordent à dire que les chiffres à notre disposition sont largement sous-estimés. A la suite de l’audition de la France en janvier 2016, le Comité des droits de l’enfant s’est dit « profondément préoccupé par l’absence de statistiques officielles ». Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près d’un quart des adultes aurait subi des violences physiques dans leur enfance.

Chaque mort d’enfant liée à des violences révèle une carence, qu’elle soit institutionnelle, sociétale ou familiale, pouvant être liée à un grand isolement ou à une absence de réactivité.

Pour pouvoir pleinement prendre la mesure des violences faites aux enfants, et ainsi mieux les prévenir et les combattre, ce plan a pour ambition de :

- développer les connaissances sur les violences, notamment physiques et sexuelles ;

- sensibiliser et prévenir ;

- former pour mieux répérer ;

- accompagner les enfants victimes de violences.

En savoir plus :

> Présentation du plan interministeriel de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux enfants 2017-2019 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,62 Mb

Le 119 est le numéro vert à disposition des enfants victimes de violences et des témoins.
Cette plateforme d’écoute a trois missions : la prévention, la protection des enfants et la transmission des informations préoccupantes vers les cellules de recueil. Ouvert 24h/24, 7/7, gratuit, l'appel, qui peut être anonyme, n’apparait pas sur la facture téléphonique.
En cas d’urgence absolue et immédiate : vous êtes témoins de violences, de cris, de coups, appelez la police ou la gendarmerie au 17