Actualités

Mise à l’abri des jeunes occupants du jardin des Olieux à Lille

 
 
Mise à l’abri des jeunes occupants du jardin des Olieux à Lille

Le lundi 7 novembre 2016, les services de la préfecture du Nord et de la direction départementale de la cohésion sociale (DDCSdirection départementale de la cohésion sociale) ont commencé à mettre à l’abri les jeunes occupants sans droit ni titre du jardin des Olieux à Lille. Le démarrage de cette opération fait suite à la décision du tribunal administratif de Lille, du 20 octobre dernier, de rejeter la demande en référé du conseil juridique des jeunes d’enjoindre à la Ville de Lille et à l’État de réquisitionner un bâtiment pour leur hébergement.

Les services de l’État ont mis à l’abri cet après-midi 46 personnes volontaires qui s’étaient au préalable faits connaître auprès de la préfecture (dont 4 mineurs). L’opération s’est déroulée sans aucun incident et sans recours aux forces de l’ordre. Les volontaires ont été conduits en bus vers Cassel (majeurs et personnes dont la minorité n’est pas établie) et vers Dunkerque (jeunes officiellement reconnus mineurs).
 
Dès le début du transfert, des travailleurs sociaux ont été mobilisés pour les accompagner. Les personnels de l’AFEJI les ont accueillis à leur arrivée et resteront à leur disposition pour les aider dans leurs démarches administratives et les accompagner, si nécessaire, à Lille. Une période de repos et de répit s’ouvre à présent pour ces jeunes qui vont pouvoir entamer une démarche d’inclusion sociale.
 
Ce plan de mise à l’abri et de protection a été élaboré conjointement par l’État, le conseil départemental du Nord, la métropole européenne de Lille (MEL) et la ville de Lille. Il s’articule autour de 3 piliers :
 
- la mise à l’abri immédiate de l’ensemble des occupants connus des services de l’État dans deux centres de répit temporaire et collectif, l’un pour les jeunes reconnus comme étant mineurs à Dunkerque, l’autre pour les jeunes majeurs et les personnes dont la minorité n’est pas encore établie à Cassel. Ces centres sont gérés par une association d’insertion désignée par l’État, l’AFEJI, qui est aussi chargée de l’accompagnement social.
 
- l’accompagnement individualisé. La situation des jeunes mineurs sera étudiée avec les services du conseil départemental. Les jeunes reconnus majeurs, demandant le réexamen de leur situation, resteront hébergés le temps de la décision du juge et seront aidés dans leur parcours par les services de l’État. L’accompagnement des jeunes reconnus majeurs, ne contestant pas leur statut, se poursuivra dans le sens d’une demande d’asile ou de l’obtention d’un titre de séjour, parallèlement à une démarche d’insertion professionnelle.
 
- la lutte contre les filières de passeurs et la sécurisation du site. L’État, le conseil départemental du Nord, la MEL et la ville de Lille sont mobilisés, dans le respect de leurs prérogatives, pour empêcher toute nouvelle installation et lutter contre les trafics et les passeurs.
 
L’État poursuivra la mise en place de ce plan d’action dans les jours et les semaines à venir.