Actualités

Lutte contre le trafic d'êtres humains - Bilan des opérations coordonnées sur le littoral de la zone de défense et de sécurité Nord

 
 
Lutte contre le trafic d'êtres humains sur le littoral de la zone de défense et de sécurité Nord

La région Hauts-de-France est confrontée depuis plusieurs années à une crise migratoire sans précédent, qui touche tout particulièrement la région de Calais et la bande littorale adjacente. Un plan d'action zonal coordonné de lutte contre l'immigration irrégulière a été mis en œuvre au mois d’octobre 2017, avec comme principal objectif de contrarier l'action des trafiquants qui adossent leur activité sur la détresse humaine des migrants.

Ce plan s'articule autour de 4 axes principaux :
- un meilleur contrôle des flux par un maillage étroit du territoire ;
- un suivi fin des réponses administratives et pénales apportées aux individus interpellés ;
- le développement de la coopération policière transfrontalière opérationnelle avec la Belgique et la Grande-Bretagne ;
- une coordination des actions en profondeur avec les zones Ouest, Est et Île-de-France.

Dans le droit fil du discours du Président de la République et à la lumière des derniers incidents à Calais, il est apparu que ce plan d’action zonal devait être renforcé, pour lutter plus efficacement contre le trafic d’êtres humains, sur la bande littorale de la zone de défense Nord.

Ainsi du 8 février au 16 mars 2018, en déclinaison du plan d’action zonal coordonné de lutte contre l’immigration irrégulière, une action renforcée de lutte contre le trafic d’êtres humains a été déployée sur les vecteurs routiers et ferroviaires de la bande littorale s’étirant de la baie de Somme à la frontière belge. Chaque force de sécurité intérieure (FSI) a mené quotidiennement un contrôle par département et 6 opérations zonales coordonnées avec implication corrélative des zones Ouest, Est et Ile-de-France ont été organisées.

Durant cette période, une opération de grande ampleur, interservices, interzones et tous vecteurs, coordonnée par les échelons centraux, a été organisée du 28 février au 3 mars. Sur les 3 jours, pour l’ensemble des 4 zones, 3 519 personnels ont été engagés dont 45 % dans la zone Nord avec 1 511 effectifs, 55 % (5268) des 9810 véhicules contrôlés l’ont été dans la zone Nord, 16 893 personnes ont été contrôlées dont 55 % (9 227) pour la zone Nord qui comptabilise l’interpellation de 143 migrants soit la moitié des 287 étrangers en situation irrégulière (ESI) découverts.

Au total, ces contrôles tant quotidiens que ceux relevant d’opérations coordonnées ont mobilisé, sur ces cinq semaines, 2 854 personnels qui ont procédé à 514 contrôles ayant permis la découverte de 326 ESI.

Deux filières, irako-kurde et érythréenne, impliquant six passeurs, ont été démantelées.