Actualités

Lutte contre les violences faites aux femmes - Sensibilisation et présentation du dispositif valenciennois de lutte contre les violences conjugales

 
 
Egalité femmes-hommes - Sensibilisation et présentation du dispositif valenciennois de lutte contre les violences conjugales

Chaque année en France, en moyenne 223 000 femmes sont victimes de violences conjugales. L'arrondissement de Valenciennes est loin d'être épargné. En 2016, les services de police et de gendarmerie ont recensé plus de 830 faits de violences à l'encontre de femmes sur l'arrondissement. Thierry Devimeux, sous-préfet de Valenciennes a, le 28 novembre 2017, organisé une demi-journée d'échanges et de présentation autour du dispositif valenciennois de lutte contre les violences conjugales.

100 personnes ont participé à ce séminaire, dont les principaux acteurs concernés par cette problématique : les centres sociaux, les maisons de quartiers, les associations, le centre hospitalier de Valenciennes, l'ordre national des médecins et infirmiers, l'agence régionale de santé (ARS), la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) ainsi que le centre communal d'action sociale (CCAS) et l'unité territoriale de prévention et d'action sociale (UTPAS). Nathalie Thibaut, directrice départementale aux droits des femmes et à l'égalité, était également conviée.

Le sous-préfet a manifesté son vif intérêt pour cette cause, faisant écho au discours prononcé par le président de la République à l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre dernier.

Le dispositif valenciennois s'articule autour de plusieurs associations qui, lors de cette demi-journée, sont intervenues :

- l'association pour la justice, l'accueil et la réinsertion (AJAR), spécialisée dans les services d'aide aux victimes ;
- l'association La Pose, qui offre un service d'hébergement d'urgence ;
-  le centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF), qui conseille les femmes en matière de droit de la famille et leur offre également un soutien psychologique ;
- le service intégré de l'accueil et de l'orientation (SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation) du secteur sud qui, par l'intermédiaire du numéro vert 115, oriente les personnes sans abri ou en détresse vers les structures d'hébergement adaptées.

Ces organismes travaillent en collaboration étroite avec la psychologue de la police nationale en charge du suivi post-traumatique immédiat des victimes. Ce partenariat permet une intervention rapide, adaptée et efficace.

En amont de la prise en charge, il était nécessaire de mobiliser l'ensemble des acteurs de proximité pour mieux détecter, identifier les violences et faire de la prévention une priorité. Tel était l'objet du séminaire, qui a permis de mettre en exergue les mécanismes de la violence conjugale ainsi que le parcours d'une victime accompagnée. 

A l'issue de la table-ronde, certains points faibles ont pu être identifiés et des pistes de travail élaborées :

  • sensibiliser la société à la problématique des violences conjugales ;
  • augmenter le nombre d'appartements de mise en sécurité qui passera de 4 à 6 d'ici décembre 2017 ;
  • améliorer l'accueil des victimes par les forces de l'ordre ; 
  • engager un travail pour accélérer l'accès à l'emploi des femmes victimes pour limiter la dépendance économique vis-à-vis de l'auteur ; 
  • travailler sur les addictologies.

Grâce aux actions de sensibilisation, à l'engagement et au travail de nombreux acteurs à l'échelle nationale et locale, cette cause autrefois tabou se démocratise. Le sous-préfet de Valenciennes souhaite poursuivre cette dynamique de sensibilisation en déclarant la lutte contre les violences faites aux femmes grande cause de l'arrondissement.