Actualités

Enseignement militaire - Le préfet accueille des officiers stagiaires de l’Ecole de Guerre

 

Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais Picardie, préfet de zone de défense Nord, préfet du Nord, a accueilli le mardi 16 février 2016, des officiers stagiaires de l’Ecole de Guerre venus passer une « journée d’immersion » au sein des services préfectoraux.

L’Ecole de Guerre instruit ses officiers stagiaires à préparer, prendre et mettre en œuvre des décisions dans deux champs de compétence : le commandement des forces armées engagées en opérations et l’exécution de la politique de Défense par l’administration centrale du ministère.
 
A l’issue de leur scolarité, les officiers brevetés contribueront à relever les défis auxquels les armées, les directions et les services sont confrontés. Affectés à des niveaux croissants de responsabilité dans des organismes chargés de préparer et d’assurer la défense des intérêts de la nation, ils dirigeront des équipes et proposeront des solutions aux problèmes complexes de défense et de sécurité. Ils auront appris à promouvoir les intérêts des armées françaises dans un environnement militaire et civil, national et international.
 
Après l’intervention du préfet, les officiers stagiaires ont rencontré le directeur de son cabinet, le secrétaire général de la préfecture et sous-préfet de l’arrondissement de Lille, le directeur de cabinet du préfet délégué à la défense et à la sécurité et le secrétaire génal pour les affaires régionales. Leurs échanges ont notamment porté sur les enjeux en termes de sécurité dans ses différentes composantes, sécurité publique, sécurité civile, sécurité routière et de risques, l’organisation et l’évolution de l’administration préfectorale, en lien avec les questions d’accueil du public et l’amélioration des relations avec les usagers, la lutte contre la fraude documentaire ou l’adaptation constante à l’évolution des technologies et à la dématérialisation, ainsi que sur la réforme territoriale en cours contribuant à la modernisation de l’action publique.

Retrouvez ci-dessous le mot d’accueil de Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais Picardie, préfet du Nord :

"Commandant (capitaine de vaisseau Paul Gelly, pilote du groupe d’officiers stagiaires), Mesdames et Messieurs les officiers,

J’ai plaisir à vous accueillir ici, à la préfecture du Nord, qui est devenue, le 1er janvier de cette année, la préfecture de région Nord – Pas-de-Calais – Picardie, et plus précisément dans cette salle Erignac.
Officiers stagiaires, vous avez déjà commandé et vous vous préparez à commander des unités plus importantes encore.

C'est un choix courageux, et ce, d’autant plus dans le contexte de crise actuel que traverse notre pays. Le service de l'Etat est en soi exigeant, où que l’on se situe dans la hiérarchie.
Vous avez choisi le métier des armes, avec tout ce que cela implique en plus, en termes de risques et de décisions pouvant avoir un impact immédiat sur les vies humaines : vous aurez peut-être un jour à prendre un jour la décision de sacrifier des vies, de donner la mort. C’est une très lourde responsabilité et je veux saluer ici votre engagement.
Vous avez également fait un choix d'ouverture, car vous avez sans doute encore devant vous des métiers variés et évolutifs.
C'est un choix de disponibilité, car nos concitoyens attendent beaucoup de l’Etat, tout particulier dans les moments de crise, qu’elle soit économique ou sécuritaire.

Le service de l’Etat est exigeant. Pour mener à bien ses missions, l’Etat doit être respecté. Pour être respecté, il doit pouvoir compter sur des agents respectables, inspirés par des cadres exemplaires ou, en l’occurrence, des officiers exemplaires.

Le service de l’Etat est évolutif. Cette évolution vous ouvre la perspective d’une carrière riche et diverse. Il est aujourd'hui quasi certain qu’aucun d’entre vous n’effectuera toute sa carrière dans la même structure, que tous vous ferez l’expérience de mobilités fonctionnelles et géographiques, ne serait-ce qu’en le niveau central et les territoires où vous serez conduits à servir.
Très certainement, vous aurez à travailler un jour ou l’autre dans une logique inter-services, voire interministérielle et de partenariat avec d’autres acteurs, que ce soient des collectivités, des organismes sociaux, des associations…
Militaires comme fonctionnaires, nous devons sans cesse améliorer nos pratiques quotidiennes pour une meilleure conduite des politiques publiques au service de nos concitoyens.
Cette évolution de l’État, quelle que soit votre future place, vous devrez aussi en être les acteurs et vous aurez la responsabilité de la mettre en œuvre, à votre niveau.

Aujourd'hui, vous le savez, une réforme territoriale est en cours pour la modernisation de l’action publique. Vous entendrez plus spécifiquement, cet après-midi, sur ce sujet Pierre Clavreuil, secrétaire général pour les affaires régionales – le SGAR.
En fin de matinée, Gilles Barsacq, secrétaire général de la préfecture et donc sous-préfet de l’arrondissement chef-lieu de Lille, évoquera devant vous la réorganisation en cours de l’administration préfectorale, et notamment les questions d’accueil du public – une de nos missions prioritaires – ou sur la lutte contre la fraude documentaire. Le secrétaire général vous parlera de l’adaptation constante des services de la préfecture à la dématérialisation, avec par exemple la saisine de l’administration par voie électronique depuis le 7 novembre dernier, la réduction des délais, ou plus largement l’amélioration des relations avec les usagers.

Auparavant, vous aurez entendu Eric Cluzeau, commissaire divisionnaire chargé de l’animation du cabinet du préfet délégué à la défense et à la sécurité, évoquer la zone de défense et de sécurité Nord.

A mes côtés, Philippe Malizard, directeur de cabinet, vous détaillera dans quelques instants le rôle de mon cabinet. C’est le plus important de France, hors région francilienne. Avec ses 81 agents, issus de corps différents, il est chargé :
- de coordonner l’action des forces de sécurité intérieure (la DDSPdirection départementale de la sécurité publique du Nord est la plus importante de France et, il en va de même pour le SDISService départemental d'incendie et de secours ),
- de suivre près de 60 sites SEVESO et une centaine de points d’importance vitale,
- de gérer près de 100 voyages officiels par an et plusieurs dizaines de missions parlementaires ou d’inspection ministérielle,
- de traiter près de 9 500 dossiers de distinctions honorifiques par an,
- et d’assurer l’interface avec les médias. J’en redirai un mot plus loin.

Et je ne développerai pas les grands événements culturels et sportifs que nous connaissons régulièrement dans ce territoire atypique : braderie de Lille, avec deux millions de chineurs rassemblés lors du premier week-end de septembre, Euro de Basket en 2015, Euro de foot en juin prochain et de handball en 2016.

Ce département est atypique, j’insiste là-dessus, car avec ses 2,6 millions d’habitants, le Nord est le département le plus peuplé de France, comptant 320 km de frontière commune avec la Belgique et près de 400 points de passage, un aéroport international et deux gares, dont une internationale, avec ses liaisons Eurostar vers l’Angleterre ou Thalys vers le Benelux.
Le département du Nord connaît, à l’instar des autres territoires de grand passage, la problématique des gens du voyage et des populations de culture rom.
Il est également confronté aujourd’hui au défi majeur de la crise migratoire : près de 1 600 migrants campent près de Dunkerque, espérant franchir la Manche.
Le directeur de cabinet développera ces différents sujets, mais au-delà de ces quelques caractéristiques brossées à grands traits, j’insiste sur le fait que, malgré les évolutions profondes que connaît actuellement l’État, l’unité de son action reste un impératif.
Dans les territoires, cette unité, vous la trouvez précisément dans la préfecture. Elle s’incarne en la personne du préfet, représentant de l’Etat, représentant de chacun des membres du Gouvernement, seul haut-fonctionnaire dont il soit fait mention dans la Constitution.
Les services déconcentrés de l’Etat sont placés sous son autorité. Il assure la permanence de l’État et la sécurité des citoyens, la conduite et la cohérence des actions de l’État, la réglementation de l'activité des citoyens et la garantie des libertés publiques.
Que ce soit au plan national ou local, L’Etat ne parle que d’une voix, sur tous les sujets de l’action publique. Ainsi, chaque année, 400 communiqués de presse sont adressés, pour un volume global de 1.800 demandes presse en moyenne sur tout sujet, même si près des trois-quarts concernent la sécurité au sens large : sécurité publique, sécurité civile, sécurité routière, sécurité alimentaire.

Je conclurai donc mon propos en vous indiquant que, dans le département, le préfet est responsable de la sécurité et de la protection dans la profondeur des populations.

Le préfet exerce cette responsabilité de manière préventive. L’ensemble des risques, naturels comme techniques, propres à un département sont répertoriés dans le « dossier départemental des risques majeurs ».
A partir de ces risques sont élaborés des plans de protection des populations.
Le département du Nord est marqué par des risques spécifiques de différentes nature.
Certains sont liés à la présence d’une des plus importantes centrales nucléaires du pays, le centre national de production nucléaire de Gravelines dans l’agglomération dunkerquoise, d’autres aux risques de submersion marine (dans le Dunkerquois également), d’autres encore à l’héritage des mines (des cavités souterraines qui pourraient s’écrouler) dans l’ex-bassin minier, que nous partageons avec le département voisin du Pas-de-Calais.

A cette activité de planification, s’ajoute une activité de préparation à l’exécution de ces plans, à travers les simulations et les entraînements qui testent les capacités de nombreux services, des forces de l’ordre, de la protection civile, des sapeurs-pompiers, du SAMUService d'aide médicale urgente , à travailler ensemble.

Enfin, quand la crise survient, la préfecture est le lieu de la direction des secours aux populations. Elle est le siège du « centre opérationnel départemental », le COD, que vous visiterez dans la matinée, et, pour ce qui concerne la préfecture du Nord, qui est également la préfecture de la zone de défense et de sécurité Nord, du « centre opérationnel de zone », le COZ, activé quand une crise s’étend à plusieurs départements, la zone recouvrant désormais le même périmètre que la région, soit cinq départements.
Cette capacité à prévenir les crises, et à les gérer quand elles surviennent, est l’un des grands chantiers d’avenir pour les préfectures. Le gouvernement a en effet décidé que les préfectures de « nouvelle génération » verront leur rôle renforcé et devront notamment se spécialiser encore davantage  dans la gestion de crise et la sécurité des populations. Précisément, un « pôle des sécurités » doit être mis en place dans le cadre du plan préfectures nouvelle génération.

Les préfectures doivent donc continuer de s’adapter à l’évolution du monde et de la société, tout comme les autres grands services de l’État, et notamment comme les Armées ont su le faire et continuent de le faire. Je suis donc très heureux de cette occasion de rencontre entre d’éminents représentants de ces deux grandes institutions régaliennes, dont nous savons combien elles demeurent essentielles dans ces temps troublés.

Avant de vous laisser entre les mains du directeur de cabinet, je vous propose de nous déplacer dans la cour d’honneur de la préfecture pour une photographie qui attestera de votre passage dans cette grande préfecture, cette maison de l’État, dont nous avons fêté, l’an dernier, les 150 ans.

Je déclare vos travaux ouverts."

En savoir plus sur l’Ecole de Guerre