Actualités

Alimentation - Présence de Fipronil dans des oeufs originaires des Pays-Bas

 
 
Alimentation - Présence de Fipronil dans des oeufs originaires des Pays-Bas

Le 20 juillet dernier une alerte européenne a été lancée concernant la présence d'un produit interdit dans des oeufs et des viandes de volaille en Belgique et aux pays bas, le fipronil. A cette date, la France n'était pas citée dans l'alerte, dans la mesure où aucune introduction de denrées contaminées n'était identifiée.

Le fipronil, produit antiparasitaire couramment utilisé dans les produits vétérinaires contre les poux, les tiques et acariens des animaux de compagnie, n'est pas autorisé dans le traitement des animaux dont la chair ou les produits sont destinés à la consommation. Or, les enquêtes menées en Belgique ont démontré la présence de cette substance interdite dans un produit antiparasitaire falsifié, commercialisé sous l'appellation DEGA 16, utilisé dans les élevages de volailles.
 
 Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a saisi l’Anses pour obtenir un avis sur les risques pour la santé humaine liés à l’ingestion d’œufs ou de produits contaminés par le fipronil.
 
 Le 5 août, les autorités européennes ont informé la France que des lots d'oeufs contaminés avaient été livrés à deux établissements d'ovoproduits de la Vienne et du Maine et Loire entre le 11 et le 26 juillet 2017. Des mesures d'investigation et de gestion des lots concernés ont immédiatement été mises en œuvre par les services de contrôle du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.
 
 Dans le cadre de l'enquête de traçabilité, une autre livraison a été identifiée le 8 août, à destination d'un établissement d'ovoproduits du Nord, OVOSERVICES à RONCQ. L'entreprise a aussitôt mis en place les mesures de rappel pour destruction auprès de ses clients.
 
 Les investigations menées par l'établissement et par la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPPDirection départementale de la protection des populations) permettront de vérifier l’éventuelle diffusion des produits fabriqués à partir des œufs contaminés, sur le territoire national et européen.
 
 Parallèlement, la DDPPDirection départementale de la protection des populations conduit une enquête dans chaque élevage de la filière œufs de consommation du département pour s'assurer que le DEGA 16 n'a pas été utilisé.
 
 En complément d'une communication régulière, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation  prépare une Foire Aux Questions (FAQ) qui permettra de compléter l'information des consommateurs.

Retrouvez plus d'information sur le site du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation